Sousse est la troisième ville de Tunisie de point vue population et activité économique après Tunis et Sfax. Elle est considérée comme étant la région la plus touristique après l''île de Djerba. C'est une ville portuaire de l''est de la république tunisienne. Elle est située à 144 km de la capitale Tunis, une éternelle ville fascinante dans la mer méditerranée. Elle est surnommée la " Perle du Sahel ".

Histoire (1)

La création du premier noyau de la ville re- monte à près de trois millénaires. en effet c'est probablement vers la fin du Xe s. av. j,c. que son rivage tranquille et accueillant est choisi par quelques audacieux caboteurs phéniciens venus de tyr sud Liban actuel pour abriter un comptoir de commerce. il est vrai- semblablement le deuxième à être fondé par ces infatigables explorateurs négociants après celui d'Utique Xlle s. av. j,c. établi au nord du golfe de Tunis. Le troisième celui de Carthage appelé à un destin exceptionnel ne verra le jour qu''à la fin du IXe s. av. j,c. dès l'origine ce comptoir est très actif et le ré- seau d''échanges qu''il développe à l''intérieur comme à l''extérieur ne tarde pas à donner des résultats.

L'embryon primitif s''étend se structure peu à peu pour se transformer assez rapidement en cité maritime dynamique et pros- père qui portera le nom d''Hadrumetum pendant presque toute l''antiquité. son évolution remarquable la ville la doit à un atout majeur le site privilégié qu''elle occupe au fond d'un golfe surplombé par une colline peu élevée. C'est un abri sûr et défendable face à d'éventuels agresseurs. cette position stratégique suscitera néanmoins bien des convoitises tout au long des siècles.

La fondation de Carthage en 814 av. j,c et sa fulgurante ascension sonnent cependant le glas de l''autonomie d'Hadrumète. elle est ainsi contrainte à partir du vie s. av. j,c. de reconnaître la suprématie de sa rivale désormais capitale d''un vaste empire qui ne cesse d'étendre ses possessions sur les rives de la méditerranée. mais étant surtout la troisième cité de l''empire carthaginois elle se trouve par la force des choses entraînée dans une série de -conflits dont elle sort exsangue. c''est ainsi qu''elle subit les représailles dévastatrices d'Agathocle le tyran de syracuse en guerre contre carthage au IV e s. av. j,c.

Aux ille et lie s. av. j,c. éclatent les fameuses guerres puniques entre les deux principaux empires de l''époque Rome et Carthage pour le contrôle du bassin méditerranéen. elles sont longues fertiles en rebondissements et péripéties dramatiques pour toutes les cités satellites de Carthage dont Hadrumète bien sûr. Celle-ci voit entre autres débarquer le célèbre général carthaginois Hannibal chargé d''organiser depuis la ville la riposte aux offensives meurtrières de son ennemi romain Scipion. Les dégâts sont tels qu''Hadrumète épuisée par ces conflits interminables choisit de se retourner contre sa métropole et s'allie avec Rome lors de la troisième et dernière guerre punique qui se solde par la destruction pure et simple de carthage en 146 av. j,c.

Hadrumète passe alors comme le reste des anciennes possessions carthaginoises sous la domination romaine. en dépit de quelques épisodes douloureux marqués par les rivalités fratricides entre prétendants romains césar et pompée au 1er s. av. j,c. maximin et gordien au ille s. ap. j,c. et durant lesquels la ville sert de théâtre à des guerres civiles sanglantes et subit la loi implacable des vainqueurs la période romaine qui s''étale sur cinq siècles est considérée comme le premier âge d''or d''hadrumète.

Dès le premier siècle de l''ère chrétienne, sous le règne d''auguste, la cité redevient une importante place de commerce. elle est de plus en plus active et riche sous la dynastie des antonins si bien que l''empereur trajan l''érige en ville colonie distinction insigne qui en fait l''égale des cités libres romaines. La paix romaine stimule l''ensemble de l''activité économique agriculture échanges... qui connaît un essor remarquable. La cité s''agrandit s''étend territorialement et se couvre d''un grand nom- bre de beaux monuments publics et privés théâtres thermes amphithéâtre belles de- meures... dont il ne subsiste malheureuse- ment que quelques fragments épars. sur le plan spirituel elle est un foyer des plus actifs du christianisme naissant comme en témoigne à ce jour l''existence de plusieurs nécropoles chrétiennes les catacombes . son rôle son rayonnement et sa prospérité en font l''un des plus grands centres urbains de la province romaine d''afrique et lui valent sous l''empereur dioclétien au ille s. ap. j,c. d''être promue capitale d''une vaste province la byzacène qui recouvre alors tout le centre de la tunisie actuelle.

Les plus belles mosaîques que l''on peut toujours admirer au musée de la ville remontent à cette époque. mais la vague déferlante des vandales qui submergent une partie de l''empire romain au ve s. atteint l''afrique de plein fouet et plonge tout le pays dans l''anarchie. Hadrumète prend le nom d''un chef barbare hunéric et s''appelle pendant un siècle hunéricopolis. Vers 535 la ville est reconquise au profit de l''empire romain d''orient par les byzantins qui la rebaptisent du nom du grand empereur vainqueur des barbares justinien. Elle porte le nom de justinianapolis jusqu''à l''entrée en scène des arabes au milieu du vile s. la timide renaissance qu'elle connaît sous les byzantins n''enraye pas la décadence de justinianapolis.

Et malgré un sursaut d''énergie elle ne peut tenir plus de deux mois quand les cavaliers arabes de Okba l''assiègent vers 650 avant de la détruire entièrement exaspérés par la résistance de la ville de fer . Cette dernière renaît de ses cendres sous le nom de Sousse on en ignore l''origine et le sens au ville s.

Cependant ce n''est qu''au IXe s avec l''avènement de la dynastie aghlabide au pouvoir que la ville reprend peu à peu de l''importance et connaît son deuxième âge d''or et de splendeur. port de la nouvelle capitale du pays Kairouan et résidence d''été des princes aghlabides, elle se pare alors de monuments civils et religieux superbes. Ces édifices remarquablement bien conservés à ce jour vont marquer profondément l''espace et le paysage et donner à Sousse son cachet si particulier et original. Pour marquer tout l''intérêt qu''il porte à la ville l''emir de Kairouan Ziyadet Allah 1er choisit son port et sa citadelle ribat comme base de départ pour la conquête de la sicile en 827. Mais l''arrivée de la dynastie des fatimides, nouveaux maîtres du pays, au xe s. et sur- tout la fondation d''une nouvelle capitale sur le littoral voisin Mahdia font perdre à la ville beaucoup de son importance et de son prestige. Le redressement économique urbain et culturel que Sousse enregistre au XIe s. sous les zirides est brisé net par la terrible invasion des hilaliens qui plonge pour longtemps tout le pays dans le chaos. jusqu''au xvie s marqué par l''irruption des turcs les phases de renaissance et de revers alternent au gré des invasions et des tourmentes vécues par le pays et qui voient se succéder almohades, hafsides, normands de sicile et espagnols.

Sous la domination turque, Sousse participe activement à la course en méditerranée et devient de ce fait un repaire de corsaires. Ce qui lui vaut d''être la cible au XVIIIe s des représailles des états européens et de subir les bombardements des français et des vénitiens. En 1864, la ville et sa région sont durement réprimées pour avoir soutenu une rébellion antifiscale conduite par un chef de tribus Ali Ben Ghedahem contre le pouvoir du Bey de tunis.

Sousse périclite alors et lorsqu''en septembre 1881, les français y débarquent elle n'est plus avec ses 9,000 habitants que l'ombre de la glorieuse métropole qu''elle fut. A l''aube de ce siècle, sous le protectorat français, Sousse connaît un nouvel essor. L'agglomération s'agrandit très vite autour de l''ancienne enceinte millénaire s''équipe et se modernise. la construction de la voie ferrée et surtout celle du port exportation des phosphates notamment lui permettent de retrouver une place de premier plan. Cependant la campagne de Tunisie durant la deuxième guerre mondiale l''expose en 1942-43 à des bombardements qui lui occasionnent de graves destructions. Un des fiefs du mouvement nationaliste, elle contribue ensuite activement à la lutte pour l'indépendance du pays obtenue le 20 mars 1956 et joue depuis un rôle déterminant dans l'édification de l'Etat tunisien moderne.

Le carnaval d'Aoussou

Le carnaval se produit chaque 24 juillet de chaque année. Des chars symbolisant  les entreprises locales et nationales les plus importantes, des évènements politiques, touristiques, sociaux ou culturels. Des troupes musicales populaires, tunisiennes et étrangères, des majorettes, des touristes portants leurs vêtements traditionnels défilent une à une devant les foules déferlantes de toute la république et  devant les plus hauts fonctionnaires de l''Etat...

Principaux sites

  1. Les remparts de la médina de Sousse
  2. Place des martyrs
  3. Le ribat de Sousse
  4. la grande mosquée de Sousse
  5. Le musée El Kobba
  6. La Medersat Ezzekkak
  7. Dar Echaraâ
  8. La mosquée Bou Ftata
  9. Dar el bey à sousse
  10. La citerne de la Sofra
  11. Le musée archéologique de Sousse
  12. La kasba

La médina

La médina de Sousse, tout comme celle de Tunis, est classée au patrimoine mondial de l''Unesco. L''un des éléments qui la distinguent est l''emplacement de la principale mosquée qui n''est pas au centre de la ville. Comme le ribat, elle était chargée de protéger le bassin artificiel de l''arsenal, ce qui explique son allure militaire.

La médina éternelle : enchantement et nostalgie (1)

"Soussa est assez bien percée, les rues en sont assez larges et les maisons peu élevées de sorte qu''elle est bien éclairée et bien aérée, avantage que sont loin d''avoir toutes les villes de l''Orient. Trois jolis minarets, la blancheur générale des édifices au- dessus desquels s''élèvent, ça et là, quelques palmiers flexibles et élégants leur donnent un aspect assez pittoresque". Ainsi voyait la médina de Sousse un voyageur français, E. Pélissier, dans sa "Description de la Régence de Tunis" en 1840. Cinq siècles plus tôt, le voyageur et géographe arabe Ibn Battouta la décrivait, quant à lui, comme "une place de peu d''étendue certes, mais jolie et construite sur le bord de la mer...".

Son site géographique au voisinage immédiat de la mer a, depuis toujours, conféré à cette médina son cachet si particulier, si prenant. Entièrement située à l''intérieur d''imposantes murailles qui forment son enceinte protectrice, la vieille cité est, en effet, bâtie à flanc de colline et s''étage ainsi en un vaste amphithéâtre face à la mer. Elle s''élève en pente douce à l''est, puis de plus en plus abrupte vers l''ouest où elle culmine à environ 50 mètres au-dessus du niveau de la mer. La partie haute est presque exclusivement résidentielle, les commerces et autres services ayant, depuis toujours, élu domicile dans la partie basse, plus fonctionnelle et à proximité du rivage. La partie centrale est occupée par les souks, couverts ou à ciel ouvert, qui demeurent le coeur et le point de passage obligé de la cité: tout le ré- seau de rues et de venelles qui serpentent à travers le tissu urbain très dense y converge.

Les maisons particulières, accolées les unes aux autres dans un enchevêtrement astucieux, "rusent" avec la configuration du terrain et l''es- pace. Ici et là, elles enjambent la rue, formant des voûtes (sabât) qui servent, le cas échéant, d''abris de fortune. Ces demeures, le plus sou- vent traditionnelles, s''ouvrent à l''intérieur sur un double vestibule donnant sur un vaste patio, véritable centre de gravité de l''ensemble.

Les hautes murailles qui enserrent de partout la médina et, par endroits, murent l''horizon, comportent huit ouvertures (portes), points de départ des principaux axes qui la traversent. (nord-sud et est-ouest).

Il y a un siècle, Sousse se limitait pratiquement à ce modeste périmètre. De nos jours, la vieille ville n''est qu''un immense quartier d''une agglomération urbaine cent fois plus vaste. Elle en reste néanmoins le centre géographique, le poumon et l''âme. Couvrant 31 hectares et peuplée de 7.000 habitants, elle se présente encore sous une forme presque inchangée depuis des siècles, modèle vivant d''un urbanisme musulman homogène. On a envie de comparer à un écrin sa ceinture de remparts, tant les monuments qu''elle recèle sont précieux. Chance inouïe : ces vestiges qui figurent parmi les plus beaux fleurons architecturaux d''une brillante civilisation, ont résisté à près de douze siècles chargés de tourmentes, pour nous parvenir à peu près intacts.

Le Ribat

Le Ribat a vu le jour durant le règne de la dynastie des Aghlabides (821) mais, après l''édification des murs de la ville en 859, perdit peu à peu sa fonction militaire. Alors qu''à l''étage se trouve une petite mosquée, le sous-sol est aménagé en divers locaux et magasins alors que des traces d''une presse à olive subsistent. L''imposante entrée flanquée de deux piliers de style corinthien est conçue comme une double porte, ce qui permettait de bloquer l''accès à la forteresse. Quant à la kasbah, elle se situe dans la partie la plus haute de la médina et date de l''année 844. En 853, un phare de 30 mètres de haut est baptisé du nom d''un eunuque du souverain aghladide Ziadet-Allah Ier (Khalaf El Fatâ). Aujourd''hui, c''est dans ses murs qu''est logé le Musée archéologique de Sousse.

Les portes de la médina

  1. Bab el bhar
  2. Bab el jabli
  3. Bab el finga
  4. Bab el gharbi
  5. Bab el kibli
  6. Bab el jedid

La Masna de Hammam Sidi Bouraoui

hammam_sidi_bouraoui

La ville de Sousse comptait trois bains de vapeur ou "bains- maures" (Hammams) situés dans la partie basse, sur le pourtour des Souks. Hammam Sidi Bouraoui, à l''entrée nord du quartier; Hammam El Houka à l''est; et Hammam El Bey à l''entrée Sud.

L''eau de ces bains provenait de puits creusés dans leurs enceintes. Le puisage se faisait par l''intermédiaire d''une bête qui, durant toute la journée, arpentait tantôt dans un sens, tantôt dans l''autre, un chemin fortement incliné et appelé "Mesna". La configuration un peu particulière du quartier du bain de Sidi Bouraoui a contraint  responsables de cet établissement à installer leur Mesna en travers d''une rue au dessus d''un petit pont. Et ,le spectacle d''une bête, perchée et déambulant continuellement au dessus de la tête des passants, était une des grande curiosités qu''offrait la ville à ses visiteurs.

Tourisme

Port el kantaoui

Le port de plaisance El kantaoui crée en 1977. C'est une marina célèbre en Tunisie bâtie selon un style architectural arabo-andalou avec ruelles voûtes, petites places, maisons imbriqués, boutiques restaurants et cafés. Le port se trouves à près de 8 kilomètres de la ville de Sousse et constitue une des plus belles destinations touristiques en Tunisie que ce soit pour les tunisiens ou les autres touristes. c''est un port de classe internationale qui peut recevoir 340 bateaux de toutes catégories sur un plan d''eau de 4 hectares. fiche technique fiche technique fiche technique situation  35°3'' n - 10°36'' e sur les cartes marines ras Marsa à 5 miles au nord du port de Sousse. accès  chenal de 200 m de long 4m de profondeur orienté au 305° balisé de 1 bouée tribord feu vert dignotant et 1 bouée babond feu rouge clignotant. feux d''entrée feux d''entrée feux d''entrée tribord vert à éclat 1sec. babord rouge à occulation 4 sec. recommandation en approchant du nord bien arrondir le cap ras marsa.

Services

Capitainerie tél. 216 73 348 600 348 799 télex 30 701 fax 216 73 348 506 348 757

Formalités

A votre arrivé en Tunisie il vous est délivré par les autorités douanières un permis de libre pratique valable 6 mois. en cas d''immobilisation du bateau au port constatée par les services de douane la période d''immobilisation est ajoutée aux 6 mois. Cette autorisation est renouvelable annuellement.

Culture

Théâtre municipal de Sousse

Ce monument culturel de la ville date de la fin du XIXème siècle et abritait un casino dans les années 1950. les premiers travaux de rénovation effectués sur le bâtiment eurent lieu de 1958 à 1961.

Références

(1) Extrait du livre «  Sousse Familier » de Anouar El Fani.

Pages reliées

Sousse dans l'histoire
Sousse dans l'histoire 24 views OpenSousse
Hôtels de Sousse
Hôtels de Sousse 24 views OpenSousse
Association du Sahel Aїkido
Association du Sahel Aїkido 26 views OpenSousse